Home » Bokashi

Bokashi

Le bokashi agit par fermentation comme la choucroute, et non pas par putréfaction comme le compost conventionnel. il ne monte pas en température et garde la totalité de ses composants avec en plus la présence de micro organismes efficaces EMs qui donnent à la terre un coup de starter, idéal pour des sols érodés très pauvres.

Il est utilisable très rapidement car la fermentation ne dure que quelques semaines mais son pH est très acide, de l’ordre de 4; il faut de ce fait ne pas en abuser et en mettre moins d’1 kg au m2 en l’incorporant à la terre de surface.

video sur les EM ou micro organismes efficaces:   https://www.youtube.com/watch?v=Z7ga0LkHj6E mis en ligne par  www.regenere.org

 

Valorisez vos déchets grâce au bokashi

 Qu’est-ce que le bokashi ?

son de bokashiLe son de bokashi (aussi appelé bokashi starter ou démarreur / activateur de bokashi), est un produit permettant de transformer ses déchets ménagers en engrais plein de vie et de nutriments pour le sol, grâce à la fermentation. Il est généralement composé de son de céréales contenant des micro-organismes efficaces (EMs). C’est un produit vivant. On appelle bokashi le résultat de la fermentation des déchets organiques grâce à ces micro-organismes.

Le principe : on utilise EMs pour dégrader les déchets organiques. Dans la nature, on trouve 3 types de micro-organismes dans une optique de fermentation:

  • les efficaces (« bons »)
  • les nocifs (« mauvais »)
  • les « disciples », « neutre »ou « hésitants ».

Les « disciples », « neutres » ou « hésitants » sont les plus nombreux, et ils sont du genre influençable : ils suivront le groupe dominant entre les effectifs et les nocifs. Le rôle du bokashi est de faire pencher la balance en faveur des bons micro-organismes (EMs), ceux qui auront une action positive sur la fermentation (évitant à nos déchets de « mal » pourrir).

Les micro-organismes efficaces les plus connus sont les ferments lactiques (lactobacilles), les bactéries de photosynthèse et les levures. Ce sont des micro-organismes naturellement présents dans des produits comme le vin, les yaourts, le fromage… Ces EMs sont inoculés dans le son de céréales utilisés dans le bokashi starter.

Les micro-organismes efficaces sont notamment composés de lactobacilles (limitent les moisissures et transforment les sucres et les lactoses en acide lactique), de bactéries photo-synthétisantes (fixent l’azote), et de moisissures bénéfiques.

Utilisation du bokashi

Tous les déchets organiques se recyclent avec le bokashi, même la viande, le poisson, les produits laitiers, et les aliments cuits. Mon prof de permaculture y mettait même des os ! Certains se servent aussi du bokashi pour composter les excréments d’animaux domestiques, mais il ne faudra dans ce cas pas l’utiliser directement comme amendement pour un potager. Le bokashi sert d’accélérateur de décomposition et à supprimer les odeurs. On peut l’utiliser en milieu aérobie ou anaérobie.

Le bokashi en milieu anaérobie : en contenant hermétique

seau de bokashiL’utilisation du bokashi en milieu anaerobie (sans oxygène) demande l’utilisation d’un seau avec un couvercle complètement hermétique, et idéalement d’assez grande contenance. On procède par couches : une couche de déchets, qu’on saupoudre d’activateur de bokashi. On tasse bien pour éliminer les bulles d’air, et lorsque le seau est plein on le ferme hermétiquement.  Après 2 semaines en été (un peu plus s’il fait assez froid), le bokashi est prêt à être utilisé.Il peut ensuite intégré à des planches hugelkultu ou enterré sous n’importe quelle planche de culture ou butte pour continuer la fermentation en milieu anaérobie (sans air). Les micro-organismes continueront à vivre et apporteront de la vie au sol.  Attention, son pH est très acide (3-4)au début, il faut attendre un peu avant de semer/planter sur le substrat auquel on a ajouté du bokashi.

On voit maintenant des composteurs de cuisine bokashi sur le web  au prix fort : comptez environ 50 euros pour un seau « spécial bokashi » et l’activateur de compost (généralement du son de céréales inoculé avec des micro-organismes).

Honnêtement un simple seau hermétique récupéré fait très bien l’affaire. Le seul intérêt du seau « commercial » est le petit robinet visant à récupérer le jus de bokashi, riche en nutriments et EMs (à diluer dans de l’eau à 1%).

Mais on peut aussi simplement récupérer le liquide au fond du seau, cela ne me semble pas problématique.

seau de bokashiL’important est de bien tasser les couches de déchets (préalablement découpés grossièrement) et de démarreur de bokashi (son) pour éviter au maximum qu’elles n’entrent en contact avec de l’oxygène. Dans le cas inverse, le bokashi peut commencer à pourrir.

Le bokashi en milieu aérobie : à l’air libre

Dans cette utilisation, le démarreur de bokashi est ajouté au compost à l’air libre. Les micro-organismes se chargent d’aider la décomposition du compost. Je n’ai pas testé cette méthode, mais si vous avez des retours n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Faire soi-même son démarreur de bokashi

bokashi demarreur

Il est tout à fait possible de réaliser soi-même son démarreur de bokashi, plusieurs méthodes existent.

On peut utiliser une terre très riche en micro-organismes et éloignée de sources de pollution : c’est souvent la terre de forêt qui est conseillée.

On peut également utiliser du petit lait (lactosérum, issu par exemple de la fabrication de fromage ou yaourts), qui contient des lactobacilles. Des recettes trouvées en ligne mélangent un volume de petit lait avec un volume de mélasse et 6 volumes d’eau. On imprègne ensuite un support avec ce liquide (matière carbonnée, journaux, marc de café, son de céréales…) et le tour est joué. La mélasse joue le rôle de nourriture pour les EMs et va les inciter à s’activer.

Voici un lien vers des conseils pour faire son propre bokashi (en anglais, merci Bruno !)

Avantages du bokashi

  • Dans le processus de fermentation anaérobie, on perd beaucoup moins de nutriments qu’en compostage classique : comme la préparation ne chauffe pas, elle perd très peu de nutriments et se révèle donc très efficace.
  • Action rapide : en quelques semaines, on dispose d’un amendement efficace pour le sol.
  • Assainit le sol et amène de la vie : les micro-organismes permettent d’apporter de la vie dans les sols inertes ou dégradés.
  • Le mélange étant dans un contenant hermétique, on évite les problèmes fréquents de présence de rongeurs en compostage classique.
  • Pour les gens en appartement, ce système est complémentaire du lombricompostage car il permet de valoriser des déchets qui seraient dédaignés par les vers voire toxiques (oignons, agrumes, viande…). Tout y passe !
  • La récolte est très facile, beaucoup plus que celle du vermicompost (lombricompost) qui demande de séparer les vers du compost
  • On évite pollution, gâchis d’énergie et production de gaz à effet de serre : le transport des déchets destinés à l’incinération est coûteux en termes environnementaux et économiques. De plus le compostage sous forme anaérobie évite la production de gaz à effet de serre propre au compostage classique.

Inconvénients du bokashi

  • Quoiqu’on en dise, le mélange dégage une légère odeur d’acidité tout à fait normale, pas complètement désagréable mais présente. En procédé anaérobie comme le couvercle est généralement ferme ce n’est pas vraiment gênant.
  • Il faut avoir un endroit pour utiliser le bokashi finalisé, ce qui peut être problématique en appartement.

En clair, les inconvénients restent mineurs par rapport aux avantages, je vous encourage à essayer.

 


Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>