Home » LA PERMACULTURE appliquée au POTAGER

LA PERMACULTURE appliquée au POTAGER

LA PERMACULTURE appliquée au POTAGER

 

Les 3 principes d’éthique de la permaculture sont :

– prendre soin de la terre (sol, eau, forêts)

– prendre soin de l’Humain

– partage équitable des récoltes, redistributions des surplus et je ne génère pas de déchets

 

 

BILAN

 

Le sol n’est pas un substrat neutre, c’est un organisme vivant.

Il abrite une grande diversité de vie qui contribue à sa richesse.

Une multitude d’insectes, champignons, micro-organismes et vers de terre sont les vrais « jardiniers de l’ombre »

Un sol vivant et bien équilibré contient jusqu’à 28 sels minéraux différents.

Un sol de monoculture intensive est dépourvu de vie, et ne contient en quantité que les trois éléments apportés par le paysan, à savoir : N,P, K (azote, phosphore et potassium).

 

D’un côté on obtient des fruits et légumes sains et riches, de l’autre des produits bien présentables, sans défaut, gorgés d’eau et sans goût, mais carencés et chargés de pesticides.
Aujourd’hui il faut 8 oranges pour obtenir la valeur nutritive d’un orange d’il y a 50 ans.

 

 

 AU POTAGER

 

Le travail :

– pas de labour, binage, désherbage

– pas de produits chimiques, engrais ou pesticides

– un paillis permanent évite l’évaporation de l’eau, il protège contre l’érosion et la pousse des herbes.

– On laisse les fanes de légumes sur place (on nourrit le sol)

 

Eau

– récupération des eaux de pluie

– possibilités de fixer l’eau dans le sol (butte Morez)

– le paillis réduit les arrosages d’au moins 60%

 

Allées

– on ne marche pas sur les planches de culture

– les racines ont besoin d’air dans le sol (éviter de tasser)

– les allées créent un effet de lisière qui rend les bordures plus  productives et riches en biodiversité

 

Amendement naturel

 

en surface :

– fumier

– feuilles à l’automne

– tonte de pelouse l’été

 

BRF au printemps et à l’automne.

Il favorise la présence de champignons et le développement de tout un réseau souterrain de mycélium qui va stocker l’eau en profondeur et permettre

l’échange entre les racines des plantes et les champignons.

 

Buttes

– permettent le réchauffement plus rapide du sol au printemps

– augmentent légèrement la surface cultivée

– les racines ne baignent pas dans l’eau s’il y a  trop de pluie

– dans le sable, les buttes MOREZ permettent de retenir une  grande partie de l’eau de pluie tout en rendant le sol très fertile.

 

Aménagements

on utilise au maximum la récupération et le recyclage

on ne génère pas de déchets

 

Cultures

– mélanger fleurs, aromates et légumes

– privilégier les associations de légumes

– essayer de jardiner avec la lune
le partage des récoltes

il fait partie des 3 grands principes de la permaculture.
C’est bien sûr le partage équitable entre les jardiniers et la redistribution des surplus, cela est bien compris , mais ce qui l’est moins, c’est de redistribuer une partie à la nature. Généralement, l’homme, s’il produit, entend récolter la totalité de ce qu’il produit, de Sa Récolte. Dans le temps, en Afrique, on partageait toujours les premières récoltes en laissant une part pour les esprits des ancêtres en signe de respect et pour demander leur protection.

Nous devons faire de même et laisser une part, 5 à 10% de la récolte, sur place, sur les arbres et arbustes, afin d’assurer une partie de la nourriture à tout le petit monde qui nous aide, insectes, pollinisateurs, oiseaux….c’est le moindre des remerciements et notre reconnaissance de l’importance de leur action dans le fruit de notre travail.

Faisons de notre jardin un lieu d’abondance partagée.

 

plaisir

Le jardin n’est plus une charge importante de travail.

Il devient un lieu d’échanges, de plaisir et d’expression artistique tout en restant nourricier.

Il est ouvert sur l’extérieur et demeure un exemple vivant de notre manière de vivre et de communiquer avec les autres.

Bien souvent, un jardin bien dessiné, bien rectiligne et entretenu, sans herbes qui dépassent, témoigne inconsciemment de notre propre état d’esprit, bien cadré, méticuleux, voire maniaque, un peu dirigiste. Il peut aussi témoigner d’une rigueur, d’une forme de certitude d’être la meilleure façon de cultiver, mais surtout il affirme notre souveraineté d’humain sur la nature, seule notre action est juste, et la nature ne doit pas s’exprimer hormis dans sa soumission et la production des légumes qu’on a semés.

La vision de la permaculture permet justement de remettre tout le monde à sa place, de prendre conscience que tout ce qui est vivant résulte de la même conscience, de la même intelligence, que tous les règnes participent et sont nécessaires à notre réussite.

L’homme n’est plus le maître suprême mais un maillon parmi d’autres qu’il se doit de respecter, et son rôle n’est que de cultiver la terre pour se nourrir en laissant le moins de trace de son passage, en partageant ce qu’il produit et en générant le moins de déchets possible.

En adoptant une telle vision, le jardinage prend une tout autre dimension, il devient école de vie, nous apporte humilité, curiosité, plaisir des sens, compréhension de l’univers, de la vie et de nous même, moyen d’expression artistique et spirituelle, possibilité de nous ouvrir à notre sensibilité profonde et communiquer avec le monde subtil des énergies.

 

 

bon voyage et belles découvertes!

 

 


Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>